Copy
Si vous ne visualisez pas les images de cet e-mail, cliquez ici.

Montre-moi ton assiette et je te dirai d’où tu viens. Chiche ! Prenons une assiette à dessert avec au milieu une jolie génoise et sa crème, légère comme un nuage. Facile, le pâtissier est Français. Perdu, il est Coréen et il vient d’ouvrir un petit salon de thé en bordure du Marais. Passionné par la France depuis toujours, Kim s’est formé à la pâtisserie dans son pays d’origine. Tout sourire, il nous apprend que si le chocolat s’utilise avec parcimonie là-bas, la génoise est un classique. Assis, autour d’une grande table de bois toute simple, nous continuons le voyage immobile en découvrant les thés, plus sucrés et épicés qu’en Europe. "Ça vous plaît ?" s’inquiète-t-il. Beaucoup.

Installé à Paris depuis quatre ans, Kim n’a pas froid aux yeux car il faut une vraie dose de courage pour se lancer tout seul. Surtout, nous confesse-t-il, qu’il a encore du mal avec notre langue. Peu importe, on ne parle pas en mangeant. Le matin de notre venue, la musique d'ambiance rétro-pop nous rappelle au passage que la Corée ne produit pas que de la k-pop survoltée (ouf !). L’adresse ne devrait pas rester très longtemps confidentielle car les prix sont aussi doux que les gâteaux du chef.

BINICI
18 rue Chapon, Paris 3e.

Lundi de 12h à 19h, du mardi au samedi de 10h à 19h.
Pâtisseries à partir de 3 €, thés à partir de 3,50 €.

Bells and Spells. Des cloches et des sortilèges. Le titre ne ment pas sur la marchandise. Il y a de la magie et du merveilleux en liberté derrière le rideau rouge du théâtre de l’Atelier. La fantaisie restant la meilleure réponse à la désespérante trivialité du monde comme il nous est trop souvent imposé, c’est avec une vraie impatience que nous attendions de découvrir la dernière création de Victoria Thierrée Chaplin jouée et dansée par sa fille Aurélia, accompagnée de Jaime Martinez. Chaplin ? Charlie Chaplin ?! Tout à fait. Preuve est faite, si besoin, que le goût de la scène, comme de la poésie, passe naturellement de père en fille et de fille à petite-fille. Ici, Aurélia est une jolie cleptomane qui ne résiste pas à l’appel des objets (pulsion ou passion ?), une manie qui n’est pas sans conséquences car les objets, voyez-vous, savent très bien s’y prendre pour entraîner les gens dans leur univers et les faire danser, tourner, grimper et disparaître.

Tout commence par la traversée d’un mur dans une salle d’attente. À la façon d’une Alice au pays des merveilles, Aurélia passe de saynètes en tableaux. Danseuse ici, marionnettiste là, comédienne ailleurs. Sans un mot échangé, ou tout juste murmuré, les artistes se jouent de la logique, de la pesanteur et de l’espace. Les effets de surprise et de réjouissantes trouvailles ponctuent le voyage foldingue de l’héroïne comme ces changements de vêtements à la vitesse de l’éclair, ces personnages qui perdent la tête au sens propre, s’invitent dans les tableaux de maître, se transforment en créatures chimériques, volent presque, virevoltent souvent. Avec humour, finesse et délicatesse, la petite troupe nous fait retrouver nos émotions enfantines devant les tours de magie et les ficelles invisibles quand tout était accepté de bon coeur par le jeune public. Par exemple, à quel âge avons-nous décidé que les porte-manteaux ne marchaient pas ? Qu’on se le dise, les porte-manteaux sont d’excellents marcheurs.

BELLS AND SPELLS
Au théâtre de l'Atelier.
1 Place Charles Dullin, Paris 18e.
Jusqu'au 12 mai. Places à partir de 17 €. Réservation en ligne.

La Villa Seurat a beau être une impasse, elle fut un lieu de tous les possibles pour de nombreux artistes durant la première moitié du vingtième siècle. Au numéro 18, l’écrivain Henry Miller y écrivit Tropique du Cancer sous l’œil complice d'Anaïs Nin (leur voisin du dessus s'appelait, lui, Chaïm Soutine). La ruelle abrita également l’amour fusionnel de Dalí et de sa muse Gala. Mais c’est le n° 7bis qui nous intéresse aujourd’hui, là où vécut et travailla Chana Orloff. Dans les années 20, cette sculptrice née en Ukraine, arrivée dans la capitale en 1910 comme couturière, se fait un nom à Paris grâce à ses portraits sculptés. Un réussite qui lui permet en 1926 de s’offrir cette maison-atelier Art déco. Treize ans plus tard, lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, le régime nazi lui interdit d’exposer et de vendre ses œuvres du fait de ses origines juives. Malgré le danger, Chana Orloff reste et continue à travailler. Avertie de l’imminence de son arrestation, l'artiste se résout à fuir la capitale en 1942. De retour à la villa Seurat en 1945, elle découvre un spectacle de désolation. Sa maison-atelier a été pillée et saccagée durant son absence. Au sol : ses sculptures mutilées. L'artiste les exposera telles quelles, sans les restaurer. Aujourd’hui géré par ses petits-enfants, son atelier devenu lieu de mémoire et d'exposition, ouvre désormais ses portes au public chaque semaine lors de visites confidentielles.

MAISON-ATELIER DE CHANA ORLOFF
7 bis villa Seurat, Paris 14e.
Visite-conférence tous les vendredis, samedis et dimanches après-midi sur réservation en ligne. Tarif : 9,60 €.

 
Le trèfle à quatre feuilles sera-t-il aussi un porte-bonheur pour les abeilles en danger ? "Plantons du trèfle !" C’est le mot d’ordre lancé par une association d’apiculteurs bio de Haute-Garonne. Dans nos jardins, sur nos balcons, à la campagne comme en ville pour que les butineuses affamées trouvent des fleurs un peu partout sur le territoire. La plante est très facile à cultiver et constitue une source importante de nectar et de pollen grâce à ses fleurs qui poussent et repoussent durant toute la saison. Il n’y a pas de raison que les Parisiens ne s’y mettent pas. L’idée originale de l'Association Natur Miel est d’envoyer gratuitement par la poste, dans une enveloppe pré-timbrée à vos nom et adresse, un sachet de graines de trèfles que vous pourrez planter sur vos balcons et rebords de fenêtres. Une seule condition : faire parvenir votre courrier avant le 17 mars car les graines sont expédiées le 18. L'opération rencontre un succès fou. 20 000 personnes ont d'ores et déjà répondu présentes et les apiculteurs reçoivent en moyenne 1000 à 2000 nouvelles demandes par jour. Des millions de fleurs vont éclore et l'espoir avec.

Pour recevoir votre sachet de graines de trèfle, envoyez une enveloppe pré-timbrée (à 1,76 €) avec votre nom et adresse à : Association Natur Miel - opération graines de trèfle, 508 route des Termes, 31800 Saux et Pomarède. Jusqu'au 16 mars, dernier délai
À la semaine prochaine !
Gif : David Koblesky.
S'inscrire à la newsletter
Se désinscrire : cliquez ici
.
.
.
Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp