Copy
Si vous ne visualisez pas les images de cet e-mail, cliquez ici.
Trois destinations à la carte : le Maroc autour d'une tasse de thé à la (vraie) menthe, les petites routes de France ou (plus radical) une toute nouvelle dimension apparue au fond d'une impasse du 7e arrondissement.
D’aucuns diront que ce nouveau spot du 11e est "hautement instagramable". Certes. Son ambiance monochrome et ses petits meubles chinés donnent irrésistiblement envie de dégainer du hashtag. Mais c’est pour d’autres raisons que Oultma, nouveau café/cantine/salon de thé aux influences marocaines, nous a tapé dans l’oeil. Allez, dans le désordre : l'accueil chaleureux de Malika (la gérante), le sourire d’Étienne (le barista incollable sur les cafés de spécialité), les thés rares, la transparence des ingrédients (ici tout est bio et ce n’est pas un argument marketing) ainsi que ses mémorables cornes de gazelle, sablés au sésame ou harchas (galettes de semoule) délibérément peu sucrés.
"Le sucre, c’est ce qui revient en premier quand on parle des pâtisseries orientales. En le réduisant, on redonne toute leur place aux saveurs" résume Malika. "J'ai mis au point les recettes avec une pâtissière marocaine expérimentée. Elle a 65 ans et nous travaillons main dans la main, j'aime l'idée de faire cohabiter la tradition avec les goûts de l'époque". Un joli lieu avec une âme et une histoire qui se passe très bien de filtres.

OULTMA
18 rue du Pont aux choux, Paris 11e.
Ouvert du mercredi au samedi de 9h30 à 18h30, dimanche de 11h à 18h30.
Thés 5,5 €, pâtisseries marocaines 2,5 € - 3 €. Oultma propose également des formules brunchs marocains (entre 6 et 13 €).
Dans son atelier du 20e arrondissement, Le Tampograhe Sardon, créateur de tampons au mauvais esprit décapant, a décidé de raviver la flamme... La flamme postale illustrée. Une tradition épistolaire abandonnée par La Poste en 2007 au grand désespoir des philatélistes. Tamponnées lors de l'oblitération, lesdites "flammes" vantaient alors les charmes touristiques sans pareil de leurs communes d'origine : le climat clément de St-Briac-sur-Mer, le cadre "enchanteur" de la ville de Faverges... Vincent Sardon s’est attelé à imaginer une flamme méchamment drôle célébrant, dit-il, "Paris et ses pittoresques habitants" (l'homme entretient avec cette ville une relation amour-haine notoire et désopilante). Et hop, un cadeau de Noël supplémentaire à ajouter à votre liste.

Disponible sur la boutique en ligne du Tampographe (15 €) et à son atelier-galerie ouvert au public tous les samedis de 11h à 19h au 4 rue du Repos, Paris 20e (l'endroit vaut le détour).
C’est quoi au juste l’espace ? En sortant de l’exposition Light Matters à la fondation EDF, on répond : du vide et de la lumière. Exposé pour la première fois en France, l’artiste autrichien Erwin Redl a pris possession des deux étages de l’ancienne sous-station électrique de la rue Récamier afin d’y déployer une forêt de petites ampoules LED suspendues le long de câbles. Nuage de lucioles, matrice d'un monde à la frontière du réel et du virtuel, porte vers un univers parallèle ? On peut y voir ce que l’on veut. Ce qui compte, c’est ressentir les battements aléatoires de l’oeuvre dans l’obscurité et vivre une sensation visuelle troublante en se déplaçant lentement dans ce labyrinthe lumineux. On se laisse si vite envahir par un sentiment d’apaisement sous les changements de couleurs des milliers de LED oscillant du rouge au bleu, par vagues, par clignotements, par glissements, qu'on se demande si on est en face d’une oeuvre d’art ou d’un support méditatif. Les deux à la fois peut-être…

LIGHT MATTERS DE ERWIN REDL
Pour avoir un aperçu du travail de l'artiste, jetez un oeil ici (c'était à New York au Madison Square Park).
À la Fondation EDF.
6 rue Récamier, Paris 7e.
Jusqu'au 3 février, du mardi au dimanche de 12h à 19h, entrée libre.
Ce sera notre bouffée d’air frais. Cette semaine, on lance Les Petites Routes. C’est quoi ? Un compte Instagram qui sillonnera la France par ses chemins de traverse à la rencontre de ce que le pays a de plus enthousiasmant, créatif, poétique, entreprenant et beau, aussi, tout simplement. Un constructeur de cabanes nomades en Bretagne, une chambre d’hôtes écologique avec vue sur les Alpes, l’histoire d’une belle reconversion, un café installé en pleine nature, etc. Nous partagerons ainsi chaque jour (ou presque) des adresses, portraits, initiatives et petites histoires. On se retrouve là-bas ?
Une idée ou une suggestion ?
bonjour@linstantparisien.com
S'inscrire à la newsletter
.
.
.
Suivez-nous sur Instagram
Se désinscrire : cliquez ici
Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp