Copy
Si vous ne visualisez pas les images de cet e-mail, cliquez ici.

Les tendances culinaires à Paris ? Ça va, ça vient, tout passe, tout lasse. Et si la solution pour durer était d’oublier les concepts hachés menu, le marketing aux petits oignons, pour se concentrer sur l’essentiel : servir une cuisine réconfortante, rassurante, abordable. Une cuisine parisienne ? C’est ce qui est écrit sur la façade de la nouvelle petite cantine Gramme rue des Archives. Dans l’imaginaire collectif du bistrot idéal de Paname, on s'attend à trouver un couple à la tête de l’affaire. Premier bon point. Marine, aux fourneaux, pour le sucré comme le salé, s’active dans sa petite cuisine ouverte. Romain, barista élégant, est au service. On pense à quoi d’autre ? À une petite salle intime. "On rêvait d’un endroit avec de la hauteur sous plafond, des briques et des murs dénudés" précise Marine. Exaucé. Des produits testés et approuvés ? Oui, et pour beaucoup sourcés à Paris. Il n’y a qu’un point où Gramme ne correspond pas au cliché du petit bistrot qui en a vu d’autres : une certaine rudesse des patrons. Marine et Romain sont adorables.

L’adresse a ouvert ses portes le 20 février. Marine qui nous prépare un banh mi (sandwich vietnamien revisité ici autour d'un pain de mie de chez Le Petit Grain) résume en un mot le rythme : c'est tonique. "Même si nous étions préparés." Romain renchérit : "je n’ai jamais été aussi fatigué et aussi heureux." Gramme c’est une histoire de couple et de reconversion. Après cinq ans chez un géant de la musique, Marine claque sa démission pour passer un CAP cuisine et suivre une nouvelle route dont elle rêve depuis longtemps. Romain, consultant en stratégie, la rejoint dans son projet.

Selon votre humeur et l’heure de la journée, les options sont ouvertes. Un déjeuner dans un esprit cantine avec de bonnes idées, des mariages de saveurs et quelques interprétations (Breakfast sandwich au fromage de brebis basque). Ou tout sucré le matin. Mais pas que ! "Sucré-salé, c’est aussi très bien" précise Romain en défendant leur tartine ricotta-confiture qui doit encore séduire les afficionados du pain-beurre. La ricotta comme la burrata viennent du 11e arrondissement chez Nanina, les bières de la Brasserie Fondamentale, les épices de chez Nomie"On ne passe que des produits qu’on aime en nous adaptant aux saisons". Courant mars, Marine lancera un semainier pour que chaque jour la clientèle puisse (re)trouver un plat différent mais récurrent dans un authentique esprit bistrot. Le mercredi ce ne sera pas ravioli mais peut-être paleron de boeuf gnocchi maison, ou tout autre chose en fonction des envies de la cheffe !

GRAMME
86 rue des Archives, Paris 3e.
En semaine (fermé le mardi) de 8h30 à 17h30, samedi et dimanche de 10h à 18h.

Pour une fois qu’on peut utiliser l’adjectif sans exagération, on ne va pas s’en priver. L’art du papier marbré est hypnotique ! Et on prend autant de plaisir à observer la danse des couleurs sous les gestes précis d’un expert qu’à s’y risquer soi-même. Né en Turquie, Parisien depuis presque vingt ans, Baykul Baris Yilmaz est maître marbreur. Il initie les débutants dans son atelier du 20e à cette technique ancestrale qui consiste à faire tomber au goutte-à-goutte, ou à déposer délicatement au pinceau, de la peinture sur une surface d’eau enrichie d’huile puis à étirer et déformer les couleurs avant de poser, avec d’infinies précautions, son papier sur la surface (à voir en vidéo ici). L’empreinte obtenue révèle des entrelacs bigarrés, des formes végétales plus ou moins contrôlées, des arabesques. Tout un monde d’abstraction quasi méditatif.

INITIATION À L'ART DU PAPIER MARBRÉ
Dans l'atelier de Baykul Baris Yilmaz.

23 rue Levert, Paris 20e.
50 € l'atelier de 2h en tout petit comité (2 personnes maximum), sur réservation en ligne

Conter fleurette jusque dans l’assiette. Blanche et Amandine ont lancé Fleurivore un service de livraison de bouquets. Jusque-là, rien d’innovant, les nouveaux fleuristes 2.0 bourgeonnant déjà aux quatre coins du web. Là où ces Parisiennes se distinguent, c’est en misant sur des fleurs comestibles, aussi belles à regarder qu’à déguster. Au menu de leur bouquet de la semaine, il y a par exemple des oeillets (reconnus pour leur goût de clou de girofle sucré), du mimosa (oui, ça se mange aussi) et des tulipes (parfaites pour colorer une salade). Les fleurs sélectionnées sont bien-sûr bio (donc garanties sans pesticides, ni traitements) et issues de circuits courts, la majorité de leurs fournisseurs cultivant à moins de trois heures de Paris. Chaque bouquet est livré avec ses fiches recettes. Bref, la prochaine fois que vous (vous) envoyez des fleurs, voilà une bonne adresse à retenir.

35 € le bouquet, à commander en ligne. Livraison à vélo ou en scooter électrique à Paris et petite couronne ou à retirer gratuitement à leur atelier au 62 rue notre dame de Nazareth, Paris 3e
Sur la liste des musées méconnus de la capitale, celui d’Ennery brille tout particulièrement par son extrême discrétion. Il se paye même le luxe de n’ouvrir qu’une fois par semaine lors d’une unique visite guidée gratuite le samedi. Résultat : ça se bouscule au portillon. La liste d’attente peut être un peu longue mais l’endroit mérite de prendre son mal en patience. Abrité dans un bel hôtel particulier de l’avenue Foch, le musée d’Ennery est en réalité un formidable cabinet de curiosités regroupant la collection de Clémence d’Ennery, épouse d’un romancier à succès, figure de la vie parisienne du XIXème siècle et infatigable collectionneuse d’art japonais et chinois. Elle ne se rendit jamais en Asie, son musée privé fut son voyage immobile. À son décès, elle légua ses 6300 objets à l’État afin que le public en profite gratuitement. Sur son testament, elle coucha une ultime consigne : qu’aucun meuble et agencement ne soit modifié. Cent ans plus tard, rien n’a bougé, conférant à l’endroit un charme fantomatique.

MUSÉE D'ENNERY
59 avenue Foch, Paris 16e.
Visite guidée gratuite tous les samedis à 11h30 uniquement sur réservation par mail à resa@guimet.fr. Le musée vous répondra avec des propositions de dates.
Le gif de la semaine est signé Siiri Väisänen.
À lundi prochain !
S'inscrire à la newsletter
Se désinscrire : cliquez ici
.
.
.
Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp