Copy
Si vous ne visualisez pas les images de cet e-mail, cliquez ici.
En ce début d'année, cette newsletter ne se fixe qu'une seule bonne résolution : continuer à défricher ce que Paris a de plus poétique, savoureux, curieux, authentique et enthousiasmant. 2019, nous voilà !
Quand il s’agit de déjeuner ou de dîner, Paris ressemble à un tour-opérateur. Un crochet en Italie pour une pizza sur le pouce, un périple carné sud américain, du poisson cru japonais ; on dîne comme on voyage, parfois chez les voisins, une autre fois au bout du globe. Le monde est vaste, l’offre alléchante. C’est dans les Balkans qu’Ibrik nous propose de poser bagages et fourchettes. Cathy, déjà à la tête d’un coffee shop du même nom, veut cette fois partager ses souvenirs d’enfance chez des grands-parents roumains. En France, on connaît mal la cuisine des Balkans, admet-elle consciente qu’il faut faire oeuvre de pédagogie. Un oeil sur la carte et les rayonnages des vins naturels finement sélectionnés fixe les Balkans dans un espace géographique plus concerné par la qualité des produits que par les frontières historiques : de la Grèce au sud jusqu’aux Carpates au nord. Passons à table.
Cuisine généreusement ouverte, belle table d’hôte centrale, murs crayeux, grande banquette de velours, masque folklorique ancien et luminaires chinés, on se sent bien dans la déco néo rétro d’Ibrik. Aux fourneaux, la brigade menée tambour battant par le chef roumain s’active. On nous conseille de goûter le pastrami aux truffes noires de Roumanie servi sous cloche (le soir, 12€ en entrée). Parce que le pastrami n’est pas né aux USA mais en Roumanie. Au déjeuner, on retrouve comme au coffee shop deux formules salée-salée ou salée-sucrée (dessert généreux !) et une carte resserrée pour les travailleurs pressés. Pour apprécier sérieusement le dépaysement, il faut voyager le soir autour d’un dîner qui fait la part belle aux légumes, viandes (goulash de poulet à 18€) et poissons (truites à la braise et purée de topinambours à 22€) où se mêlent harmonieusement traditions culinaires et maîtrise bistronomique.
IBRIK KITCHEN
9 Rue de Mulhouse, Paris 2e.
Tél. : 01 70 69 42 50.
Formules midi 13 et 15 €. Le soir, entrées entre 6,50 et 12 €, plats entre 18 et 22 €, desserts 7,50 €.
Du mardi au samedi de 12h30 à 14h30 et de 19h30 à 22h30. Dimanche de 12h à 15h.
Elle remonte à quand votre dernière virée au Louvre ? Trop longtemps ! L'accès à une partie des collections permanentes du Louvre (les ailes Denon et Sully) est désormais gratuit en nocturne le premier samedi de chaque mois de 18h à 21h45 (prévoyez d'arriver tôt, Paris oblige, il y a du monde). Prochaine date à entourer dans votre agenda : le 2 février. Saluez Mona de notre part. 

Accès gratuit aux ailes Denon et Sully du musée du Louvre chaque premier samedi du mois de 18h à 21h45.
Du Danemark, on connaît évidemment le fameux art de vivre « hygge », moins l’art de la céramique. Rendez-vous en haut des Champs-Elysées où la Maison du Danemark expose un siècle de création danoise autour de l’argile cuite et de ses infinies déclinaisons de formes et de styles. Les Danois n’ont pas fait les choses à moitié : tout l’espace est occupé par plusieurs centaines de pièces de céramique d’art toutes plus inspirantes les unes que les autres. Un rêve de collectionneurs.
Structurée par thèmes, l’exposition s’attache à montrer comment depuis 1880 les artistes danois ont fait cohabiter leur intérêt pour les formes et les couleurs de la nature d’un côté, et pour la matière brute de l’autre. Il est frappant de voir, par exemple, que lorsque les artistes Art nouveau envisageaient la céramique essentiellement comme un support à décorer finement de motifs végétaux, les artistes danois se passionnaient pour la liberté de glaçure, pour les coulures et les rendus abstraits obtenus après cuisson donnant à leur travail un surplus de modernité. On retiendra aussi que pour avoir des artistes et pousser les vocations il faut s’en donner les moyens. À l’image de ces grandes manufactures qui mettaient gratuitement des fours et des ateliers de qualité à la disposition des céramistes. À bon entendeur…
100 ANS DE CÉRAMIQUE DANOISE
À la maison du Danemark.
142 avenue des Champs-Élysées, Paris 8e.
Du mardi au vendredi de 13h à 19h, samedi et dimanche de 13h à 18h, fermé le lundi. Entrée libre.
Pourquoi envoyer ses voeux sur papier à l'heure digitale ? Parce que rien ne remplace quelques mots bien tournés sur un joli carton illustré. Dans ce domaine, Sibylle Chevrier alias Papillonnage excelle dans l'art de la papeterie sensible et littéraire. Sur ses cartes, cette auteure et illustratrice parisienne appose en noir et blanc, d'un trait gracile, des dessins et des phrases souvent sibyllines donc remplies de promesses. Nos préférées ? La carte S'inventer ou Nos belles heures et la spéciale Pour sécher tes larmes à glisser dans la boîte aux lettres d'un être cher pour qui 2018 n'a pas été des plus tendres.
Il est apparu une nuit en décembre dernier sous le pont Mirabeau dans le 15e et aux dernières nouvelles, il était toujours là, stoïque. Ce petit garçon au bonnet d'âne est la dernière installation surprise du street artiste toulousain James Colomina. De passage dans la capitale, il en a aussi profité pour grimper sur la façade du lycée Bossuet Notre-Dame dans le 10e. Il promet une nouvelle apparition dans les semaines à venir. Ouvrez l'oeil. 
Une idée ou une suggestion ?
bonjour@linstantparisien.com
S'inscrire à la newsletter
.
.
.
Suivez-nous sur Instagram
Se désinscrire : cliquez ici
Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp