Copy
Voir ce mail dans votre navigateur

L'Agnus Letter : restons unis en ce temps de confinement.

Les chants de la Maîtrise pour le Vendredi Saint

L'accès aux chants sera possible à partir de vendredi matin, sur https://www.diocese-dijon.com

Vendredi Saint - Lecture de la Passion

Au long des siècles, l’office du Vendredi Saint s’est amplifié autour de deux éléments caractéristiques de la liturgie romaine : une succession de  longues lectures, incluant le récit de la Passion selon Saint Jean, et une prière litanique très développée, avec monition et oraison. Cette grande prière d’intercession s’étend à toutes les intentions de l’Église et du monde. Cette année, il est demandé d’ajouter une intention particulière pour les victimes de l’épidémie virale.

Vendredi Saint - Chevaliers du St Sépulcre
Vendredi Saint - entrée en procession

A ces deux éléments, lectures et intercession, succèdent la vénération de la croix et la communion eucharistique.  Pour la vénération, certains rituels emploient le terme d’adoration : la croix fait intimement partie de l’humanité de Jésus, elle-même totalement assumée par la divinité du Fils.

Entre l’office du Vendredi Saint et la veillée pascale, la liturgie adresse à la croix les signes de respect manifestés habituellement à l’égard de l’Eucharistie (génuflexion), d’autant plus que la présence eucharistique n’est plus conservée dans les églises pendant cette période.

Dans l’Antiquité, cette même période était « aliturgique », vouée au silence et au jeûne le plus rigoureux. La mort du Christ était signifiée par une sorte d’interruption de la liturgie qui ressemble à l’atmosphère actuelle de nos églises en ce temps de confinement.

Vendredi Saint - vénération de la croix
Vendredi Saint - vénération de la croix

Progressivement, on a ajouté le rite de la communion, en reprenant la pratique, chère aux traditions orientales, de la « liturgie des présanctifiés ». On ne célèbre pas la messe le Vendredi Saint, mais on communie aux pains consacrés au soir du Jeudi-Saint.

Vendredi Saint - vénération de la croix

Le moment spécifique de  l’office de la Passion est donc la vénération de la Croix, soulignée par un chant exclusivement dédié à ce moment : les « Impropères » (du latin « improperium », reproche). L’interprétation de ces chants est particulièrement délicate, et peut vite tomber dans l’antisémitisme si l’on y voit des « reproches » faits exclusivement au peuple juif.

Une écoute très attentive de ce chant permet de comprendre qu’il existe un contraste entre la multiplication des bénédictions divines et l’ingratitude des destinataires de ces bénédictions. C’est donc la communauté chrétienne qui est elle aussi visée, lorsqu’elle se montre ingrate envers l’amour du Christ en croix.

Cathédrale Saint-Bénigne - Croix de mission

Après avoir fait entendre l’austère mélodie grégorienne des Impropères, la Maîtrise de la cathédrale souligne, dans une bouleversante version de Giuseppe Antonio Bernabei, l’imploration qui alterne le grec et le latin : « Hagios athanatos, eleison umas, Sanctus immortalis, miserere nobis » : « O Dieu saint, O Dieu fort et immortel, prends pitié de nous ! ».

Au cœur de l’office de la Passion, cette mention « immortel » annonce déjà la Résurrection : la mort ne peut retenir l’amour.

Mgr Minnerath
Vous connaissez quelqu'un qui serait intéressé par l'Agnus Letter ?
N'hésitez pas à lui transférer ce mél ! Pour s'inscrire, il suffit d'entrer son adresse mél sur cette page.
Il faudra ensuite cliquer sur le lien du mél de confirmation qui sera envoyé.
Page facebook de la paroisse
Site internet de la paroisse
Copyright © 2020 Paroisse Saint-Bénigne, Tous droits réservés.


Voulez-vous changer la forme sous laquelle les mails vous sont envoyés ?
Vous pouvez modifier vos préférences ou vous désinscrire de la liste d'envoi.

Email Marketing Powered by Mailchimp