Copy

C'est aujourd'hui dimanche

Un temps nouveau commence. Et j'en suis, avec vous, très heureux, même s'il y a quelques heures, quelques jours, je n'aurais pas pensé dire cela. La semaine a été chaotique, et entre les deux fois où j'ai voulu écrire pour que nous gardions ce lien mais surtout que nous nous gardions dans l'espérance et la réponse de communauté, je me suis fait violence pour trouver le juste ton, et tout a été pris dans un climat bien fort de tension, d'attentes déçues, d'organisations en urgence... Et même ce que nous bâtissions en toute hâte était de l'ordre la fragilité des chateaux de cartes... Non pas le désir de s'élever, de le faire en s'appuyant les uns sur les autres, en travaillant avec délicatesse à la communion... ça, ça allait, mais cette construction était et reste profondément fragile. Que l'un s'enflamme, qu'un événement bouscule et toute la construction était à refaire.

Mes seules certitudes ne venaient pas du dehors... Elles venaient de la promesse du Christ qui va travailler en profondeur toute l'Eglise comme elle le fait en permanence. Elles venaient aussi de ma certitude de notre qualité de réponse communautaire. C'est bien la Parole de Dieu qui nous définit, nous structure et donne le cadre de notre réponse. Pas les soubresauts de l'actualité. Et quand les temps se font complexes, voire impossibles, comme pour la famille et les amis de Delphine, la Parole redouble de puissance, et nous enveloppe, aussi, de la tendresse du Christ pour celui qui, tombé, sera par Lui appelé à sa suite. Relevé et appelé, et prenant sa place dans la communauté qui vit déjà du Royaume qu'il ne cesse de préparer.

La foi comme la vie

la prière

Hier soir, grâce à la délicatesse et l'engagement de chacun, il y a eu jusque ce qu'il faut de monde, et d'inscrits aux deux célébrations, et c'est un excellent indice de ce que nous allons réussir à faire ensemble. Vivre nos rassemblements, donnant sa place à chacun, dans un cadre vraiment pas évident. Je suis sûr qu'aujourd'hui encore, ça se passera bien. Parce que je vous connais. Cette possibilité, entravée, de rassemblement doit renforcer notre engagement à une prière personnelle pour porter celle de notre communauté. Aujourd'hui, c'est une nouvelle année liturgique, on peut y penser.

les attentions de voisinage ou d'amitié

Les organisations pour les messes vont vous pousser à vraiment (mais vraiment hein) prendre contact avec tel ou tel voisin ou de vos entourages pour qu'ils sachent pour les célébrations, et éventuellement voir avec eux laquelle choisir. Ce sera l'occasion, sans doute, d'exprimer ressentis et attentes, mais surtout de vivre ce lien qui parfois manque à nos assemblées. On peut le vivre comme un soin du frère. Envisager aussi de porter la communion, comme le propose l'évêque

pour ce dimanche

Comme tout le monde ne pourra pas venir ce matin (même si apparemment la messe de ce soir a l'air un peu moins chargée comme celles, belles aussi, de semaine) je vous laisse l'enregistrement de ce que je compte plus ou moins dire dans l'homélie. Enregistré tout seul, avec des oreillers tout autour pour le son, ce n'est sûrement pas ce que je dirai ce matin, avec 29 visages en face, parce que la liturgie aura accentué un point, ouvert une porte, effacé une possibilité. Bref, je n'en suis pas fan, mais comme les églises, comme dans tant de lieux et de pays, seront trop petites pour nous accueillir tous, je vous passe l'homélie de ce dimanche, ou au moins une version d'étape. (enregistrée tard, elle est un chouille longue, désolé)

l'homélie est là : https://1drv.ms/u/s!Aj5tORhoL9E08j1pHdKRzgHgtUhR

A très vite et bonne entrée en Avent

une nouvelle année liturgique s'ouvre pour nous faire Lui ressembler. Dieu que c'est bon.
vous pouvez lire cet email dans vos butineurs internet habituels
Copyright © 2020 paroisse Notre Dame de la baie  - diocèse de Coutances

notre adresse mail
nddelabaie-saintpair@orange.fr
on peut bien sûr se désinscrire:  unsubscribe from this list.
Email Marketing Powered by Mailchimp