Copy
Paroisse Notre Dame de la Baie
Carolles Jullouville Saint-Aubin-des-Préaux Saint-Pair-sur-mer Saint-Planchers

Au souffle de l'Esprit

C'était il y a tout juste deux ans, je croisais pour la première fois et une dernière fois la vie de K. 45 ans, une vie arrachée trop vite, mais une vie bien amochée. On a bien deviné ces derniers jours les fêlures de nos vies et de notre société, on recommence à tisser des entrelacs complexes de liens, entre nos peurs et nos amis, ce monde et celui de nos confinements... mais comme je suis au bord de cet anniversaire, je vous partage ce matin, le texte de l'époque qui avait été inspiré par l'homélie que j'avais dite, ce jour-là. Il parle de K. Il parle de nous.

J'y ai repensé parce que David Sire a de nouveau commis une vidéo, j'y repense parce que nous cherchons depuis quelques jours des manières de réinvestir, vivants, notre quotidien.

J'y repense parce qu'il faut que je vous communique nos petites solutions temporaires d'adoration de 17h à 19h le mardi à Saint Pair, et le jeudi à Jullouville aux mêmes horaires (pour l'instant), à chaque fois dans l'église, nos accueils aussi pour le sacrement du pardon le samedi matin dès 10h à l'église de Saint Pair. On essaiera de garder les distances qui respectent chacun, on va continuer à inventer. On travaille d'arrache-pied aussi à faire un bel ouvrage avec les lettres et les photos, comme une mémoire pour vous, ou un cadeau. Il y a eu tellement de signes que ça promet d'être un peu gros. Des amis s'y mettent et y participeront, je vous en reparle bientôt pour une souscription. On prend un petit risque mais ça vaut le coup de ne pas oublier.

forcément, tout en bas, vous trouverez la liturgie proposée par Isabelle.

Je ne vous oublie pas, il faut juste que nous nous mettions à écouter l'infime chant de ces invisibles qui traversent nos vies. Ils sont à moins d'un kilomètre de nous, ils sont le souffle court de nos respirations, ils sont le prochain de l'Evangile... ça aurait pu parler de primevères... C'est pas si loin:
 

Aujourd’hui, j’ai enterré K., la quarantaine, renversée par une voiture. Ses parents étaient là. Ses sœurs aussi. Ses neveux, ses nièces. Des amis de la famille. Tout le monde était un peu sidéré, ou, pour le moins pas très habitué ni des églises, ou de ces cérémonies.

A l’horreur de l’injustice d’un accident aussi perfide, et violent (elle a été renversée) se juxtaposait une autre horreur, latente et plus longue, une horreur que les retraités rigolards des affiches d’assurance ne laissent que peu deviner: K. n’avait pas eu une vie facile.

Je crois même qu’elle avait été malade toute sa vie, de ces maladies pas assez sérieuses pour qu’on plaigne les gens, anorexies, dépressions, boulimies, et leurs destructions jusqu’à l’intime, jusqu’aux relations, et à l’incapacité de travailler. K. était amoindrie, et fragile.

Il n'a jamais pu être question d’avoir trouvé un boulot qui épanouit, ou des k€ à se faire tous les mois, d’un mari pour l’aimer, d’enfants pour se déplacer. Rien de tout cela. Tout autour, pas loin, juste à côté, un paquet de gens ont des vies salement amochées.

Que dire alors comme espérance ? comme annonce du royaume ? comme victoire du Ressuscité ? K., quand elle en avait encore la force, allait à pied chez ses parents (le permis? pas possible), et en descendant sur le bord des champs, elle ramassait des coquelicots.

C’est nul les coquelicots. Ça produit rien, et ça ne se ramasse même pas pour se mettre en bouquet. Dès qu’on le touche, ça s'abîme. C’est pas très productif non plus, alors dans les champs de blé, y en a plus. On a rationalisé les méthodes, on les a abolis.

En général, quand t’as plus de coquelicots, t’as plus trop d’insectes non plus, et plus trop de piafs, ni trop de chants, le matin, avant que le soleil ne se lève sur les champs qui produisent du blé parfait. (ah et plus d’abeilles non plus, tiens).

K., C’était un coquelicot fragile mais nécessaire. Nécessaire comme une larme rouge dans un fossé qui nous le rend si beau quand on le frôle en bagnole, pressés, nécessaire comme le signe de la richesse d’un écosystème qui nous dit qu’on n’est pas simplement nourris, mais vivants.

Nécessaire et fragile, comme nos vies quand on ne les regarde pas qu’à la mesure de ce qu’elles savent produire et maîtriser, nécessaire comme la tendresse d’une arrière grand mère, la dépendance d’un bébé, d’un souffle chaotique.

pas nécessaire dans l’absolu, comme les AJR des paquets de céréales. Nécessaire pour quelqu’un, pour quelques uns, qui se sont approchés, blessés, soutenus, meurtris, déçus, réconciliés

nécessaire parce qu’on sait qu’on veut être vivants, et que le paradis doit tendre vers un champ de fleurs déployant toutes leurs couleurs de leur jeunesse à leur maturité, des fleurs dont la croissance échappe à nos bonnes volontés.

Un poète, Angelus Chsaisplusqui, m’avait dit, par les bouquins de Thévenot, que la rose est sans pourquoi. Le mal aussi, d’ailleurs, tiens. Mais la beauté fragile, bien fragile. Ben, elle me pousse dans mon humanité.

Alors la victoire du ressuscité, le Royaume à venir, la foi en Dieu, le bouleversement de l’homme commencent là. C’est pour cela que la foi nous tient au coeur, c’est pour cela que les chrétiens ne peuvent oublier les plus fragiles. Merci K. Pardon de ne pas t’avoir vue, avant.

Je vous assure de ma plus profonde amitié,

P. David.

PS: dans les ambiguïtés de ma vie de chrétien et de prêtre, j'avais accompagné à l'époque cette famille endeuillée et la famille de celui qui, effondré désormais, aveuglé par le soleil à l'époque, avait renversé K. Notre place de chrétiens est à cet endroit là.

et la liturgie de dimanche est .
On a tout écrit nous-même pour vous :)
© 2020 Paroisse Notre Dame de la Baie


On a choisi de prendre le temps de vous écrire, mais ce n'est pas parce que nous voulons partager nos trésors avec vous que vous êtes obligés de rester inscrits, alors vous pouvez  bien sûr vous désinscrire de cette liste.

En revanche, si on vous a transmis ce mail, et que vous souhaitez le recevoir directement, c'est par ici

Email Marketing Powered by Mailchimp