Copy
CETTE SEMAINE

Le Maroc fou de blockchain
Nigeria : quels codeurs ?
La Tech en aide aux aveugles
Les startups qui feront 2020

A RETENIR CETTE SEMAINE

  • Dans TKJ #43, nous vous parlions de Diamniadio, la "cité intelligente" qui sort de terre au Sénégal. Les travaux du Parc des technologies numériques ont débuté lundi dernier.
     
  • Comme en écho, le lendemain, le président Macky Sall a prononcé des vœux où le numérique n’a pas été absent : priorité va être donnée à la dématérialisation des procédures administratives au Sénégal, a promis le chef de l’Etat.
     
  • Au Togo, l’enseignement technique prend (enfin) le virage du numérique : depuis le 26 décembre, et jusqu’au 7 janvier, tous les enseignants (1 257 au total) suivent des cours d’informatique.
     
  • Au Bénin voisin, les tweets d’un journaliste, lors d’une conférence, ont envoyé celui-ci en prison pour 18 mois. De nombreuses organisations appellent à sa libération. Et l’agence médias CFI est aussi pointée du doigt.
     
  • Au Tchad, les internautes ont pris la suppression des droits d’accès (18%) à internet avec enthousiasme. On les comprend.
     
  • Au Zimbabwe, le mobile money fait plus que séduire : les chiffres du troisième trimestre, qui viennent d’être dévoilés, montrent un bond de 91% des montants transférés.
     
  • Enfin la fondation Tony Elumelu remet le couvert : 1 000 startups sont attendues pour son 6e programme de mentorat. Pour candidater, c’est par ici.

DEUX POIDS, DEUX MESURES

Le Maroc mise gros sur la blockchain (mais pas sur les crypto)

La blockchain, ce n’est pas que pour les cryptomonnaies ! C’est ce que le Maroc compte bien montrer. Le 18 décembre, Casablanca a accueilli une conférence pour promouvoir les "applications possibles pour le commerce extérieur au Maroc" de la technologie blockchain, organisée par la BMCE Bank of Africa et l’Association marocaine des exportateurs. Un mois plus tôt avait lieu à Rabat l’Africa Blockchain Summit, qui faisait la part belle à des projets comme MChain, par exemple, une alternative de levée de fonds basée sur la blockchain pour les personnes qui n’ont pas de compte bancaire. Des événements que le gouvernement marocain voit d’un très bon œil, lui qui voudrait moderniser son administration grâce à cette technologie, rapporte Jeune Afrique cette semaine.

Pourtant, les autorités marocaines ne sont pas aussi favorables aux cryptomonnaies : depuis 2017, il est interdit d’utiliser des monnaies virtuelles au Maroc. S’il est assez facile de contourner la législation en utilisant un VPN, la presse marocaine relaie régulièrement "des arrestations occasionnelles d’individus détenant des cryptomonnaies", note le magazine.

Suivez-nous !

Facebook
Twitter
LinkedIn

NIGERIA

Quel profil de développeur a la cote au Nigeria ?

Certes, le State of Code annuel publié par Devcenter ne concerne que le Nigeria, mais ce dernier étant l’un des pays moteurs de la Tech en Afrique, le document peut avoir valeur de baromètre plus général. Qu’apprend-on dans ce rapport qui passe au peigne fin plus de 3000 annonces publiées sur la plateforme Gigson ? Que les développeurs "back-end" (d’arrière plan) ont plus la cote que les "front-end", que les virtuoses du mobile sont très recherchés, que le travail à distance peine à séduire les employeurs ou encore que l’immense majorité (91%) des offres d’emplois sont basées à Lagos. Plus d’information ci-dessous.

Lire le rapport

FEU VERT

Au Bénin, Alivo alimente ses feux de signalisation à l’énergie solaire

En passant dans le 10e arrondissement de Cotonou, des feux de signalisation étrangent trônent sur certaines intersections. Installés là en janvier 2019 par Cédric Soudé, Paulin Datondji et Franck Kangni, les trois cofondateurs de la startup Alivo, ces feux tricolores sont équipés de caméra de surveillance et fonctionnent grâce à des panneaux solaire. Déjà soutenue par divers partenaires comme l’Agence béninoise de valorisation des recherches, la startup prévoit d’installer ses feux dans d’autres localités du pays. A lire sur l’Agence Ecofin.

SENEGAL

Une canne connectée pour des aveugles mieux guidés

La "smart blind stick" - c’est tout simplement son nom -, inventée par les jeunes Sénégalais Malick Fall et Kenny Kane, est multifonctions, nous apprend cette semaine le site Socialnetlink : elle permet d’abord de détecter les obstacles rencontrés et d’alerter l’utilisateur à l’aide, notamment, de vibrations très précises. Ce même contact entre le pommeau et la main de l’aveugle renseigne aussi sur l’état de santé de ce dernier : la canne connectée, pourvue d’un GPS, peut ainsi alerter les secours en cas de malaise de son utilisateur. Malick Fall et Kenny Kane ont déjà présenté leur invention au Dakar Digital Show, début décembre. On lui promet un bel avenir.

PEPITES

Les 4 startups africaines à suivre en 2020

L’année 2019 est bel et bien finie, il est venu le temps de se tourner vers 2020. Chez Teknolojia, nous avons choisi trois startups africaines qui pourraient exploser cette année, parmi les 12 mises en lumière par Disrupt Africa. Commençons par Trella : cette jeune pousse égyptienne qui propose une plateforme de mise en relation destinée aux professionnels du transport de marchandises par camions a tout connu en 2019. Créée en début d’année puis rapidement sélectionnée par le célèbre Y Combinator, elle a levé plus de 530 000 euros au cours de l’année et a racheté son concurrent Trukt. Un autre chouchou de l’incubateur de la Silicon Valley est la startup nigériane 54Gene. Après six mois d’existence, cette dernière a un objectif : construire la plus grande base de données génomiques et phénotypiques d’Africains. Enfin, RideSafe aussi promet beaucoup. L’appli kényane d’assurance pour les conducteurs de taxis-motos boostée à la blockchain a récolté 90 000 euros en 2019 et participé à l’Africa Startup Summit au Rwanda en février. Elle sera probablement de tous les rendez-vous de la scène tech africaine en 2020.

7-10 janvier : Africa Tech Now (Las Vegas)

Quoi ? L'événement dédié aux entrepreneurs africains au sein du Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas.

Pour qui ? Tous les entrepreneurs africains qui souhaitent faire des affaires ou récolter des fonds à l'international.

S'inscrire
Copyright ©Teknolojia. Tous droits réservés.


Vous souhaitez modifier la manière dont on vous envoie cette newsletter ?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous désabonner

 

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter

Facebook
Twitter